LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

vendredi 7 avril 2006

10.4 - Le proverbe #1.

 

4.1 Le proverbe, enfin.

Le racisme aura disparu de nos têtes le jour où je pourrai dire à un noir qu’il est con s’il l’est sans me faire traiter de raciste. Charles Mingus l’ami du moine fut loin de l’être, con, mais voilà, sans préavis il est parti au milieu d’un solo et l’a planté sans lui donner les clés de la suite. Les grands musiciens ne devraient jamais mourir sans tourner la clé de sol sept fois dans leur bouche. Il n’aurait jamais eu une idée pareille, le moine, je sais qu’il ne serait jamais parti sans avoir soigneusement refermé les sphères derrière lui en laissant la clé sous bonne garde. Il ne tient pas à ce que n’importe qui entre dans la chapelle.


Trente-septième jour.

Vous croyez que je l’ai perdu en chemin, le proverbe, il est temps d’y revenir.

Vous savez, je ne lui en veux pas, au grand Charles. Le racisme, les américains, les juifs, les irakiens, les pieds-noirs, les ministres de l’intérieur, nous aurons le temps d’en reparler, si le temps m’en laisse le temps. Il y a encore tant à dire. Nombreux sont ceux qui ont déjà beaucoup dit et beaucoup écrit, tout a peut-être déjà été dit et écrit ; alors justement il me faut moi aussi vous apporter ma petite musique, quelques fausses notes, quelques désaccords. N’oubliez jamais que je dois bien refermer ma sphère avant de partir, en ayant fait le ménage.

Il faut que le solo ne reste pas interrompu, quelque part au début des années quatre-vingt, en dessous du cul du chien.

Pour tout cela et pour bien d’autres raisons encore c’est donc aux arabes que je vais restituer le proverbe. Il ne m’en coûte rien l’ayant volé aux chinois.

Vous le connaissez tous, ce proverbe, il n’a rien de mystérieux et au fond qu’importe qu’il appartienne à ceux-là ou à ceux-ci. Si je le dis, c’est à moi qu’il appartient que je l’approuve ou le rejette. Sa morale en est simple sinon simplette, et tout ce qu’il m’inspire à l’entendre est de m’écrier ah ça c’est bien vrai ça.


Mode début de proverbe :

A l’homme qui a faim ne donne pas le poisson, mais apprends lui à pêcher.

Mode fin de proverbe.

à suivre.

Posté par andremriviere à 14:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur 10.4 - Le proverbe #1.

  • si tu sais apprends-moi

    Pour apprendre à quelqu'un encore faut-il savoir ! je sais faire le pain, pas le poisson et ça intéresse qui ? je n'ai pas trouvé la clé sous la pierre du seuil.

    Posté par Marie, vendredi 21 avril 2006 à 20:27 | | Répondre
  • La pêche en zéro leçon

    Le moine t'a répondu. Mon beau-frère aussi.

    Posté par andrem, lundi 24 avril 2006 à 17:59 | | Répondre
Nouveau commentaire