LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

jeudi 24 janvier 2008

22.1. L’enlèvement des Sabines.

Le refrain est toujours le même. Il repose sur la même certitude assénée, certitude ou postulat, vérité fondamentale, ontologique, qu’en sais-tu ? Nous ne sommes pas dans la démonstration du pour, ni du contre, nous sommes au point de départ, et tu dois choisir la bonne voie. tu n’as en fait pas d’autre choix que celui de la voie où tu es déjà engagé depuis longtemps, où toute la société où tu t'es construit t’a posé. Cent-treizième jour. Je ne suis pas de ceux qui font table rase du passé, cette vieille... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 11:27 - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 22 janvier 2008

22. MONEY JUNGLE - Introduction.

INTRODUIRE.     Que lui reste-t-il à dire, au Moine ? Il faudrait attendre, maintenant, j’ai bien compris qu’il se sentait un peu fatigué, il le dit trop souvent maintenant pour que ce ne soit pas vrai. Je l’ai entendu se plaindre parfois, mais je devinais qu’il soufflait un peu avant de se sauter un nouvelle fois dans le vide, son parachute vaguement plié sans souci qu’il s’ouvre ou qu’il ne s’ouvre pas. Nous sommes ceux qui sauront un jour s’il s’est ouvert ou non, en le lisant.   Il se... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 10:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 19 janvier 2008

NON.

Je sens que je vais devoir attendre un peu pour de nouvelles bouteilles à fiches. On m’a dit que le Moine avait disparu de sa plaine et de son île, l’île métaphore permanente d’échec et métaphore d’échecs permanents, île bien tailladée de rocs et de mer, de lignes et de séparations, de montagnes riches et de plaines désolées, de chants tranquilles et de champs calmes, de vignes rudes et de vin doux, d’éternelle mythologie pour de vrai et de vie quotidienne imaginée, Vénus naissante et Moine vieillissant. Île au parfum... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 17:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]
mercredi 16 janvier 2008

Dents de scie

Voilà coi de nouveau le moine. Je le sentais bien venir, le silence théologal. Il a bouclé sa période, et sous prétexte de souffler il s'est assis sur sa chaise devant son café, il touille l'esprit vague, le regard pourpre et la brume au front. Je sens bien qu'il rumine, un lot de foin trop vite avalé, une couleuvre qui ne veut pas descendre, ces sifflements d'oreille qui n'en finissent pas, ces mouches dans les yeux.Il voudrait revenir sur ce qu'il a écrit, recommencer une vie ou la changer, il voudrait dire autrement, savamment, il... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 00:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]