LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

dimanche 27 avril 2008

22.61 - Définitions insuffisantes.

Cent dix-huitième jour. Je sais ce que tu penses, ce que tout le monde pense. Je le pense moi-même, c’est pour dire. Qu’y puis-je si certains veulent m’utiliser à leur profit ? Au moins ils me donneraient une importance inattendue. Mais je ne saurais les en empêcher, alors autant poursuivre mon débroussaillage de cervelle, dans la direction que j’ai choisie et si tu n’as pas envie personne ne t’oblige. A cela on les reconnaît, ceux qui se plaignent de s’ennuyer en lisant ce qui les ennuie, sans penser qu’ils pourraient se... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 22:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 26 avril 2008

22.6. LIBERTE.

Parfois le Moine et ses fiches me font rire. Nous avons l’air malin, l’un et l’autre, à nous renvoyer la balle, à nous écrire à sens unique, lui vers moi et moi qui parfois en rajoute ou lui casse la baraque. Il se précipite avec de grands gestes désordonnés dans toutes les facilités et lieux communs qui traînent. Très content de lui derrière sa fausse modestie, il contemple l’eau dans laquelle ses coups d’épée font des ronds. Et lorsqu’une trace subsiste de cette agitation, un œil malin le voit et, provocateur, comédien... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 21:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 15 avril 2008

22.5. La jeunesse éternelle.

  Ainsi, la concurrence ne serait que la condition de la vie. Le moteur des transformations du vivant. De l’évolution chère à Charles Darwin. On ne pourrait donc être ni pour ni contre elle, pas plus qu’on ne peut être contre ou pour la vieillesse, la viviparité, le masculin-féminin. La morale n’a rien à voir avec la concurrence et les airs renfrognés ne sont pas de saison. Cent-dix-septième jour. Pourtant, si je comprends ce qu’elle a fait pour me faire, je voudrais bien savoir ce qu’elle vient faire dans ma... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 13:28 - Commentaires [4] - Permalien [#]