LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

lundi 9 janvier 2012

CH.25 LES CITES NOIRES - 25.01 - La naissance de l'angélisme

 


Au commencement universel serait ainsi la liberté animale. Je ne connaîtrais pas le moine comme si je l’avais fait, je craindrais qu’il ne se prît pour quelque nouveau Rousseau vantant l’état de nature. Prudent, je n’irai pas si vite en besogne à traduire ainsi sa pensée, je m’invite même à chasser ces contresens de l’envie que j’ai de les commettre. J’aime parfois les erreurs, je peux mieux m’en guérir. L’humain n’est ni naturellement bon ni mauvais naturellement, il cherche comme tout être vivant le mieux être possible à tout instant en utilisant ce qui est à sa portée. Et il le fait à l’intérieur des multiples cités dont il est élément, prisonnier ou volontaire, par désir ou par nécessité, par l’histoire et par la géographie, les uns et les autres se confondant parfois.

Cent-cinquante-et-unième jour. La naissance de l’angélisme.

Les cités existent dès que nous sommes plusieurs. Il faut un chiffre, plus de quatre. Tonton Georges s’est délecté à nous traiter de bande de cons, à plus de quatre. C’est la grâce du poète de savoir nous rappeler à l’ordre au détour d’une chanson ou d’une page ouverte par hasard. L’ami Claude a son tour l’a dit, qu’on se traite de con à peine qu’on se traite. Nous le sommes sans doute et notre agitation vaine prête à rire. Nous n’empêcherons pas la cité d’exister, et notre vaine agitation sera un moteur de sa prospérité, souvent. N’en tirons pas gloriole et rions avec la liberté des poètes.


La bonne marche des cités est possible par l’entrelacs de lois qu’elle s’est donnée. Qu’il se resserre trop et la cité s’étrangle, qu’il se relâche et la cité s’éparpille. Le château de cartes ne tient que par la multiplicité, qui permet ici ce qui est impossible là, qui écoute là-bas au fond le muet inaudible ici devant. D’une cité à l’autre les lois diffèrent et peuvent s’opposer parfois ; le citoyen saura concilier les contradictions en devenant multi-citoyen. Il trouve ainsi la liberté de son chemin, s’éloignant de celle-ci qui ne lui convient plus, rejoignant l’autre aux mille attraits momentanés.

Loin d’un angélisme béat où les hommes convergeraient dans un folleville amoureux, la multiplicité peut se partager en deux grandes catégories : la cité obligée et la cité facultative. Bien entendu, tu veux des exemples. Tu veux toujours des exemples, à croire que tu es incapable de les trouver seul. Ils te sont venus à l’esprit, je le sais, mais tu attends que je les répète en lisant dans tes yeux. Pourtant je t’ai entendu protester parfois : l’homme n’est point libre de choisir sa cité ; et te voici à nommer les cités qu’on ne choisit pas. Ou bien encore, l’homme peut se faire mettre à la porte ; et te voilà à nommer les portes qui se referment. Tu vois bien que tu en as, des exemples à la pelle.

Je m’éternise un peu dans ma fiche. Si je suis trop court, l’autre là-bas qui repêche mes bouteilles va pérorer, illustrer, commenter, comme si je n’avais pas droit au silence de temps en temps. Il va discourir sur mon discours, imposer sa loi de terrien embourbé, couper les ailes du vent. Moine je suis, peu enclin à faire la leçon. Je préfère mes ambiguïtés, mon angélisme et mes contradictions à un mode d’emploi détaillé. On sait bien que les modes d’emploi détaillés sont toujours de mauvaises traductions. Enfermer les idées dans leur logique sans en humer les parfums est pire que piétiner cette liberté que je cherche.

Alors, l’angélisme, je le revendique, je m’en glorifie, sans lui je ne saurais pas déployer mes ailes.

Posté par andremriviere à 21:39 - CH.25 - LES CITES NOIRES. - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires sur CH.25 LES CITES NOIRES - 25.01 - La naissance de l'angélisme

    pas oublié

    Après tout ce temps perdu, j'ai lâché le fil ... Et le grand Jacques, une fois, il disait quoi ?

    Posté par Marie, jeudi 2 février 2012 à 10:16 | | Répondre
  • Convergence

    http://www.youtube.com/watch?v=H7TOZJDguYU

    Posté par neige, samedi 18 février 2012 à 14:14 | | Répondre
  • merci de votre petit mot chez Clopine, vous avez une excellente mémoire
    cordialement
    J.C.

    Posté par Chesnel Jacques, mercredi 29 février 2012 à 18:32 | | Répondre
Nouveau commentaire