LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

jeudi 7 juin 2018

206 - Vingt-cinquième jour . Le préalable

6/18 - Ici et ailleurs

Le nom qu’on porte est un élément essentiel de notre identité ; c’est-à-dire de la perception que nous avons de nous-mêmes et que les autres ont de nous-mêmes, que nous avons de ce que les autres ont de nous.

Le nom qu’on porte est à la fois une donnée individuelle et une donnée sociale. Essayez d’imaginer très fort que soudain on vous dise pour vos dix-huit ans que vous ne vous appelez pas Séraphine Trucmuche mais Gertrude Stein. Alors, heureuse ?

Il faut dépasser les questions idéologiques de l’égalité ou de la liberté, surmonter le combat de l’homme et de la femme, surveiller l’émancipation de l’individu face à la collectivité ; il faut oublier ces enjeux là pour mieux cerner ceux qui nous attendent ici. Le premier reproche que je fais aux auteurs de la loi est de n’avoir pas effectué ce travail préalable et de s’être précipités dans un consensus mou de bonne conscience.

Il y va justement de l’insertion de l’individu dans sa culture, dans son histoire avec une petite et une grande hache, dans sa société. Mademoiselle Séraphine Trucmuche est née à Carrefour-sur-Gambette, dans le département du Rhône-et-Garonne, et non à Navajo-over-Rainbow ou à Xian-Shou. Elle n’a eu ni le choix ni la liberté ni de naître, ni de vivre, ni ici ni ailleurs. Mais elle est ici et elle vit, un point c’est tout. Elle est de ce lieu, de ce monde, de cette culture, de cette histoire et pas d’une autre.

Je n’ai pas fini et déjà j’entends mugir les féroces soldats.

7/18 . à suivre

Posté par andremriviere à 15:11 - 201 - CH.06 . Au nom du père .I. - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur 206 - Vingt-cinquième jour . Le préalable

Nouveau commentaire