LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

lundi 25 mars 2019

304 - Quarantième jour . #2/4 De la politique de sécurité

 #2/4 - Il a installé sa table pliante devant la petite chapelle

J’ai installé ma table pliante devant la petite chapelle. Le vent est tombé et les oiseaux ont un air de fin de saison. Ils se groupent, ils s’affairent pour ne rien dire. On se croirait dans une entreprise, à les voir. Je peux étaler mes papiers et cesser de m’envoler de rage. Je ne suis pas une hirondelle, je ne fais printemps ni automne, je ne cherche pas là où il ferait meilleur, où l’herbe serait plus verte. Moine je suis et ma chaise est fixe. Vous avez deviné ce qui bout en moi à la lecture des journaux et à l’écoute des ondes, images et sons. Il me faut pourtant reprendre mon souffle et oublier les premiers mouvements, la colère dont on dit qu’elle méconseille.

Rassurez-vous, j’y reviendrai, à ma colère, il y a toujours une coda. Entre temps, quelques accords, quelques silences, quelques dissonances, viendront semer la variation et la fugue, quelques désaccords aussi, inévitables.

Les pôles, il faut deux pôle pour un combat : à ma gauche, mais qu’y a-t-il à ma gauche, ils sont tous passés en face ! Voyons en face, à ma droite. L’ordre règne. Les bottes battent le pavé. Le chef gesticule devant les caméras. Je connais son discours, je peux le resservir en ayant coupé le son. La violence s’exerce d’abord sur les faibles et les démunis dit le chef, et je viens vous protéger vous qui avez tant besoin de moi, vous tous commerçants ouvriers paysans, je viens vous protéger des hordes frénétiques surgies d’on-ne-sait-où. Le chef ne les nomme pas, les hordes, il sait car tout le monde a bien fait son travail que chacun mettra un visage et une couleur sur on-ne-sait-où. Il sait qu’il y aura beaucoup plus de café et de chocolat que d’eau et de lait. Il sait que le Sud est beaucoup plus on-ne-sait-où que le Nord. Il ne dira rien, on ne pourra rien lui reprocher.

On entend les bottes derrière le chef qui vont maintenir l’ordre, qui vont attaquer le symptôme. On va arracher la peau à qui a la lèpre croyant le guérir. Et le pauvre à qui l’on voulait faire croire qu’ainsi il était protégé se retrouvera sur les routes et dans la mer, après avoir perdu son travail, sa maison, sa famille, et il sera renvoyé dans un pays dont il ne parle pas la langue et où il n’était jamais allé.

A gauche, ils se taisent.

à suivre #3/4

Posté par andremriviere à 21:39 - 301 - CH.09 . De mauvaise humeur - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur 304 - Quarantième jour . #2/4 De la politique de sécurité

Nouveau commentaire