LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

jeudi 31 juillet 2008

22.71 – David et Goliath.

Cent-dix-neuvième jour. Dans la première des bouteilles qui viennent de s’échouer, il me fait un clin d’œil. La concurrence, le fort contre le faible, le costaud contre le malingre, le rouleau compresseur contre l’escargot. David contre Goliath. Seraient-ce des justifications à la concurrence, ces histoires où le perdant n’est pas celui qu’on attendait ? Parce que ce ne sont que des histoires qu’on nous a racontées, finalement, et qu’il suffit de les croire. 1. David et Goliath. Il faut mettre les points sur les zi. Ce sera... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 18:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 27 juillet 2008

22.7. SURVIES.

  PROLOGUE. Alors il y eut une grande marée et un tas de bouteilles s’est déposé juste au pied du rocher, là sur le gauche, près de la maison du crime, où je les trouve le plus souvent. Je la nomme ainsi, la maison, parce qu’elle y ressemble vraiment, murs de grosses pierres sombres même pas du pays, toits entremêlés et pointus plus que le voudrait l’architecture locale, une de ces fantaisies années trente avec balcon en fausses lianes de béton, quelques aciers apparents et rouillés face aux embruns, haie épaisse ne... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 23:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
mercredi 16 juillet 2008

22.64 – La liberté du choix.

Cent dix-huitième jour (suite). Evidemment, s’il se jette sur toutes les digressions qui passent, on n’y arrivera jamais. Il peut toujours se plaindre qu’il n’a pas le temps, le moine. Liberté de l’offre, minimum vital, droits fondamentaux, survie, tous ces passages obligés, qui devront s’épanouir dans la liberté du choix, et si je l’ai bien compris, sans se tourmenter sur ce qui peut nous conduire à choisir sans qu’on le veuille vraiment, car là est notre vie à nous, notre secret et notre ressort : le Moine ne s’en occupera... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 23:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
lundi 9 juin 2008

22.63 – Minimorum.

Cent dix-huitième jour (suite).     Il s’en est passé, du temps, avant qu’arrive la fiche, et pourtant c’est toujours la même journée, la cent dix-huitième journée. La liberté de l’offre est habillée pour l’hiver, mais en face il lui faut la liberté du choix, pour que ces deux libertés puissent constituer un concurrence libre. Il va falloir supposer qu’un choix soit libre, et que les mouvements secrets de l’âme qui rendent suspects toute velléité de libre arbitre puisse être considéré comme faisant partie des raisons,... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 12 mai 2008

22.62 – Un minimum.

Cent dix-huitième jour. Puisqu’il se refuse à donner une définition au mot Liberté avec son aile majuscule, le Moine va peut-être clarifier ce qu’est la liberté pour la concurrence. Voyons la fiche. Peut-être… 22.62 – Un minimum. J’ai besoin de la libre concurrence. J’ai besoin d’être libre de partir vivre en Espagne ou en Grèce, libre de délaisser ma chapelle et mes voisins, libre d’écrire le sujet qui me va, et en cela ceux qui se plaignent de moi sont odieux qui se croient pourtant les champions de la liberté alors... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 23:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
dimanche 27 avril 2008

22.61 - Définitions insuffisantes.

Cent dix-huitième jour. Je sais ce que tu penses, ce que tout le monde pense. Je le pense moi-même, c’est pour dire. Qu’y puis-je si certains veulent m’utiliser à leur profit ? Au moins ils me donneraient une importance inattendue. Mais je ne saurais les en empêcher, alors autant poursuivre mon débroussaillage de cervelle, dans la direction que j’ai choisie et si tu n’as pas envie personne ne t’oblige. A cela on les reconnaît, ceux qui se plaignent de s’ennuyer en lisant ce qui les ennuie, sans penser qu’ils pourraient se... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 22:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 26 avril 2008

22.6. LIBERTE.

Parfois le Moine et ses fiches me font rire. Nous avons l’air malin, l’un et l’autre, à nous renvoyer la balle, à nous écrire à sens unique, lui vers moi et moi qui parfois en rajoute ou lui casse la baraque. Il se précipite avec de grands gestes désordonnés dans toutes les facilités et lieux communs qui traînent. Très content de lui derrière sa fausse modestie, il contemple l’eau dans laquelle ses coups d’épée font des ronds. Et lorsqu’une trace subsiste de cette agitation, un œil malin le voit et, provocateur, comédien... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 21:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 15 avril 2008

22.5. La jeunesse éternelle.

  Ainsi, la concurrence ne serait que la condition de la vie. Le moteur des transformations du vivant. De l’évolution chère à Charles Darwin. On ne pourrait donc être ni pour ni contre elle, pas plus qu’on ne peut être contre ou pour la vieillesse, la viviparité, le masculin-féminin. La morale n’a rien à voir avec la concurrence et les airs renfrognés ne sont pas de saison. Cent-dix-septième jour. Pourtant, si je comprends ce qu’elle a fait pour me faire, je voudrais bien savoir ce qu’elle vient faire dans ma... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 13:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
jeudi 20 mars 2008

22.4. Ô concurrence ennemie #2.

22.42 – De la gauche à leur concurrence. Il n’y a pas besoin de longs développements pour expliquer que l’égalité est un rêve inaccessible, tout comme l’est la liberté. Je ne prends que ces deux termes et j’oublie un instant à tord le troisième, déjà plus flou et insaisissable, la fraternité. Il est absurde de prétendre que l’un serait dextre et l’autre sinistre, avec le troisième qui ferait son Saint-Esprit, espèce de colombe en vol stationnaire au dessus des têtes hochantes. Une fraternité de Modem, en quelque sorte. Tu vois le... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 11:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
jeudi 13 mars 2008

22.4. Ô concurrence ennemie #1.

22.4. Cent-seizième jour. Il faut bien commencer par le mot concurrence. Voilà qu’il tourne comme un derviche, enrubanné des adjectifs qui l’alourdissent, mais l’effet centrifuge va nous le faire sortir en premier, le poids lourd. Il faut bien expliquer pourquoi la concurrence n’est pas la jungle mais son antidote. 22.41 – De l’égalité à leur gauche. Je prononce le mot. Lentement, comme on mange un chocolat à la liqueur. Tout se répand au premier coup de dent, il faut en saisir l’arôme et déglutir. Tu les as... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 15:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]