LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

samedi 19 janvier 2008

NON.

Je sens que je vais devoir attendre un peu pour de nouvelles bouteilles à fiches. On m’a dit que le Moine avait disparu de sa plaine et de son île, l’île métaphore permanente d’échec et métaphore d’échecs permanents, île bien tailladée de rocs et de mer, de lignes et de séparations, de montagnes riches et de plaines désolées, de chants tranquilles et de champs calmes, de vignes rudes et de vin doux, d’éternelle mythologie pour de vrai et de vie quotidienne imaginée, Vénus naissante et Moine vieillissant. Île au parfum... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 17:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mercredi 16 janvier 2008

Dents de scie

Voilà coi de nouveau le moine. Je le sentais bien venir, le silence théologal. Il a bouclé sa période, et sous prétexte de souffler il s'est assis sur sa chaise devant son café, il touille l'esprit vague, le regard pourpre et la brume au front. Je sens bien qu'il rumine, un lot de foin trop vite avalé, une couleuvre qui ne veut pas descendre, ces sifflements d'oreille qui n'en finissent pas, ces mouches dans les yeux.Il voudrait revenir sur ce qu'il a écrit, recommencer une vie ou la changer, il voudrait dire autrement, savamment, il... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 00:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 30 décembre 2007

21.10. Apocalypse et péroraison.

Cent-douzième jour. Apocalypse et péroraison. Essoufflé, le Moine ne va pas tarder à retrouver le silence. Il n’y a qu’à ma table qu’ils sauront se réconcilier tous, se concilier. Le professeur de droit a beau vitupérer, il a beau détruire en quelque mots ce que des millénaires commençaient à peine à envisager, je mets le couvert. Je ne perds pas espoir sans la tourmente qui ne fait que commencer. Si quelque part dans la poussière soulevée dans le cri du vent existe une table dressée, un jour ils s’y assiéront, et... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 12:29 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
jeudi 27 décembre 2007

21.9 - Le fils prodigue et ces fous de romains #3.

21.9.3 – L’ordre règne. Celle-là, je ne m’y attendais pas. Je crois bien que le Moine a été surpris de sa propre logique. Mais je sens que cette surprise lui plaît. Il ne va pas tarder à sortir son Marx, celui qu’il n’aime pas trop mais dont il ne peut se passer, je vous le dis mais n’allez pas le répéter. De l’ordre dans la maison, je te dis. Que serait le marxisme internationaliste, puisque tu t’en réclames, s’il n’y avait un capitalisme internationaliste ? As-tu lu le philosophe, au moins ? Il avait compris que... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 10:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
lundi 17 décembre 2007

21.9 - Le fils prodigue et ces fous de romains #2.

Il force le trait, il exagère. Il se méfie de lui-même et je sais bien qu’au fond il est content de tout ce monde chez lui. Il trouve que c’est un peu le bazar dans la maison, et que le bruit l’empêche d’écrire, mais ce n’est pas plus grave. Enfin, je pense qu’il pense ainsi, le Moine. 21.9.2 – Les méfiances. En procédant ainsi, précipités et distrait, ils ont choisi le meilleur moyen d’attiser les méfiances, les rejets, les haines, et de réveiller les frontières endormies. J’exagère ? Je force... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 14 décembre 2007

21.9 - Le fils prodigue et ces fous de romains.

Cent-onzième jour. Il a vu venir les insultes. Il ne pourra répondre à toutes. L’une d’elles le rend particulièrement malheureux, alors d’avance il y répond. 21.9.1 – Le club des dix à douze. Le 28 mai 2005 Tu mets en évidence une contradiction qui t’apparaît et qui te fait rire, histoire de me clouer à ton pilori. Je vais donc m’expliquer encore sur ce point, avant de nouvelles aventures. Tu m’opposes, avec cette ironie cinglante que je connais bien, mon hostilité à l’arrivée chez nous des douze pays qui après... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 26 novembre 2007

21.8 - L'histoire du professeur de droit #3.

21.8.3 – La vie en rose. C’est l’heure de Cassandre. Bientôt arrivent dans notre maison le club des pays assoiffés, pour qui le seul mot de Gauche renvoie à de cruels souvenirs proches. A tord ou à raison, l’amalgame est durable chez eux. Si nous disons NON à ce nouveau texte, la chance d’améliorer les règles et de sortir peu à peu de la situation actuelle sera durablement compromise. Vous voyez les polonais accepter la laïcité incluse ce texte fondateur, et la Grande-Bretagne avaler la charte des droits fondamentaux, et la... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 18:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 21 novembre 2007

21.8 - L'histoire du professeur de droit #2.

21.8.2 – Soyons sérieux. L’argumentaire du moine est un peu léger, tu le penses aussi, non ? Mais il nous fait encore le coup de la métaphore, le Moine ; je parle comme toi, dit-il, j’utilise le même creux pour résonner, puisque de raison il n’est plus question depuis longtemps, et que ton brillant de surface cache la misère de ton erreur fondatrice, erreur que tu connais et que tu sais si habilement masquer. Mon argumentaire est bien peu documenté. Je vois bien ce que tu penses. Je fais des mots, rien de plus, et ne... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 23:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 18 novembre 2007

21.8 - L’histoire du professeur de droit #1.

J’attendais avec curiosité le moment où les fiches du moine me feraient pencher sur le cas du bon professeur. Je savais qu’il savait, pour le bon professeur. Cent-dixième jour.    21.8.1 – Homo europeanus. Bien entendu, il est un partisan fervent de l’Europe. Axiome, soubassement, piédestal, tremplin vers les étoiles. Il est professeur de droit ; il est drapé dans sa toge de professeur de droit pour nous tenir un discours de professeur de droit, d’où il ressort qu’il est professeur de droit, ce qui signifie qu’il... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 8 novembre 2007

21.7 - La bataille fait rage.

Cent-neuvième jour. Il a repris son souffle. Quelque temps sans rien envoyer. Il devait se demander à quoi bon. A quoi bon faire aujourd’hui ce qu’il n’avait su faire hier, et ce qui ne rimerait à rien au fond. La décision est déjà prise, même si personne ne la connaît encore, même si des vendeurs de discours prétendent sonder les cœurs et les cerveaux et maintenir ainsi une fausse incertitude pour mieux débattre dans le vide, et ferrailler contre le fleuve. 15 mai 2005. J’assiste impuissant à ce déferlement de peurs... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 18:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]