LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

mercredi 28 mars 2018

202 - Vingt-et-unième jour . Du nom et des noms

2/18.    Nommer son enfant. Pour ne pas s’engager sur une fausse piste, il faut éviter de confondre le nom qui s’échange dans un couple, et le nom que le couple donne à l’enfant. Bien entendu, les deux situations sont liées et les usages sont encore bien figés qui donnent un nom unique à tout le petit monde de la famille, père mère enfants. Ces usages sont grignotés par les comportements n’en déplaise aux idolâtres d’un passé révolu, auxquels on ne manquera pas de m’associer pour éviter de réfléchir. Il faut bien... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 26 mars 2018

201 - CHAPITRE SIXIEME . AU NOM DU PERE 1ère partie (vingtième jour)

  Vingtième jour : Un tabouret incertain.   1/18 - Le 16 février 2005. Préambule Le vent glacial de février balaie la place publique. Parfois un ombre furtive, les épaules enfoncées, contourne les piliers et s'évanouit. La fontaine est sèche, les services municipaux l'ont coupée par crainte du gel. Il fait presque nuit. J'avais pris ma respiration et mon petit tabouret, bien décidé à prononcer mon discours. Je n'ai l'air de rien ou plutôt je sais de quoi j'ai l'air, frigorifié sur le pavé luisant avec ce vent qui... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 26 mars 2018

200 - DEUXIEME PERIODE

LES ANACHRONIQUES .
Posté par andremriviere à 19:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 12 mars 2018

137 - Intermezzo : La fillette et la fin du monde

--« mamie et toi avaient dit des choses sur maman. j'ai donc décidé de faire une croix sur vous deux. papa vous en avez déjà parlé deux fois pendant une heure. donc voilà c'est décidé. papa et maman sont d'accord avec moi. donc adieu » -- « même si tu réponds en t'excusant (ce qui m'étonnerait) votre vie et la mienne se sont séparées. Dans ceux que j'aime, personne je dis bien PERSONNE n'a jamais rien dit de méchant sur papa ou maman. Or, vous ne faites pas parti de ceux que j'aime ». -- J’ai exactement tout... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 4 mars 2018

136 - Dix-Neuvième jour . Bis repetita placent

Comme autour d’un totem une chaude nuit d’été indien, je tourne autour de l’idée de mort, la seule qui nous donne notre universalité humaine avec, Lapalisse ne m’aurait pas contredit, le fait de la naissance. Un fait pour commencer, une idée pour finir. Je fais le pari que l’universel n’existe que par ce court intervalle, ce petit laps de temps entre le fait et l’idée, le fait d’être né pour ceux qui savent qu’ils sont, l’idée de la mort pour ceux qui y ont accès. Pourquoi sinon écrire ? Pourquoi le mâle aurait-il à ce point... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 22:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 26 février 2018

135 - CHAPITRE CINQUIEME . LAISSONS-NOUS ALLER (Dix-huitième jour)

Dix-huitième jour. Contemplation La terre que je contemple depuis mon observatoire est calme, le paysage s’étend en une paisible apparence. Pourquoi rien ne m’y alerte sur les forces souterraines à l’œuvre, sans lesquelles ce paysage même n’existerait pas pour être contemplé ni moi pour le contempler, je le sais je l’ai appris on me l’a dit, mais par lesquelles un jour, dans une minute, dans une heure ou un millénaire, il va exploser en poussières. Faut-il en faire tout un plat, de ce court moment de répit qui m’a permis de penser,... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 23:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 29 janvier 2018

134 - Intermezzo : Présentations

    Au motif que je recopie les fiches du Moine je pérore ici et là, je commente et disserte. Je te parle. J’entrecoupe le discours droit sur ses ambages de textes incongrus tout penchés d’italiques. Mais à qui la faute ? N’est-ce point lui qui m’a poussé dans les feux de la rampe, au bord de la scène, en pleine lumière ? Théolone reste caché dans sa chapelle et crayonne en paix dans son réduit. Qu’il vienne se plaindre, j’aurai de quoi lui river son caquet. Il faut bien que je te donne mon avis, après tout... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 00:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 24 janvier 2018

133 - Dix-septième jour : Adoption réciproque

L’adoption primordiale. L’adoption fondatrice. L’adoption réciproque. Peu importent les gènes, je ne vous referai pas le coup du plaisir ; les mêmes yeux les mêmes orteils chacun s’extasie bien inutilement, c’est après la naissance que les vraies ressemblances vont se construire. Le plus tôt est le mieux, mais pourquoi pas à partir de quatre ans, de huit ans, de douze ans, de vingt ans ? Peut-être y aura-t-il un peu moins de ressemblance et un peu plus de difficultés si l’on s’y prend tard, il faudra être à la fois plus... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 16 janvier 2018

132 - Seizième jour : Thé à la menthe

#1/3 . Descendre, dit-elle Descendance et patrimoine, nature contre volonté, fidélité contre foi, foi sans fidélité, commune reconnaissance de l’autre, comme autre et comme nécessité, des alter ego en quelque sorte, ce mot latin a-t-il au moins un pluriel ? La voici, la folle illusion dont tout découle : je suis éternel parce que mon enfant est moi, stupide projection, stupide incarnation, stupide désir ; je me crois éternel alors que pèse sur cet enfant, que nul n’a le pouvoir ni même le droit de lui imposer, cette... [Lire la suite]
mardi 2 janvier 2018

131 - CHAPITRE QUATRIEME . LA JUSTICE ET LE GIGOLO (Quinzième jour)

Quinzième jour : Les silences De l’influence de la peur de la mort sur l’oppression de la femme par l’homme. Je n’arrive pas à comprendre comment l’humanité en est arrivée là qu’une moitié d’elle-même réduise à ce point son autre moitié. Je vais tenter d’élucubrer là-dessus, en tâtonnant en m’étonnant, et cette élucubration pour y voir clair n’est pas pire qu’une autre. Comment se fait-il qu’aucune femme pendant si longtemps ne se soit vraiment révoltée, ni qu’aucun homme n’ait fini par avoir honte ? Vous allez m’en trouver,... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 23:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,