LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

vendredi 31 mars 2006

10.3. Antisémitisme.

Et les juifs, alors ?   Va-t’il en parler, le moine ? Des voix s’élèvent qui me montrent du doigt parce qu’il n’en parle pas. D’autres parce qu’il a bien l’air d’en parler mine de rien. Soit qu’il les oublie donc qu’il les nie, voilà ce que les uns disent de lui, soit que sous couvert d’autres choses il insinue il suggère, voilà ce que les autres disent de lui. Je les entends autour de moi qui murmurent. Le moine participe et moi aussi son complice, à la montée de l’antisémitisme. Il en est qui voient ... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 15:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 27 mars 2006

10.2b. Ennemis intimes.

10.2b                     Brasser ainsi de grandes idées générales est facile comme donner de grands coups d’épée dans l’eau. Que va donc empêcher ta prose de moine tranquille sur son île, sera t’elle seulement remarquée ? Suite du trente-cinquième jour. Bonne conscience et petite lâcheté. Pas de noms, pas de véhémence, et des allusions obscures. Vous êtes sortis de ce millénaire de beaux discours qui cachaient un envahissant colonialisme, et vous vous ... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 17:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 22 mars 2006

10.2a. Monsieur Lalibi.

          10.2a Je ne sais pas ce qu’il me veut, là, le moine. On dirait qu’il m’écrit sur tout autre chose que ce dont il veut me parler. Que vient faire ici la colonisation, et son hypocrisie positive ? Que vient faire ici le ministre et sa gesticulation électorale ? Il est celui qu’on voit partout quand on ne l’attend pas, jusqu’à la nausée. Même dans ce discours, même sous la plume du moine. Je sais où j’ai envie de la mettre, la plume du moine. Diable. Il m’écrit encore et ses billets... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 15:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 17 mars 2006

CHAPITRE DIXIEME – UNE BREVE HISTOIRE DE L’HUMANITE.

  (première période) 10.1 - Le côté positif. Je crains le pire avec un titre pareil. Je sens qu’on n’est pas sorti de l’auberge. Il a choisi un chiffre rond de chapitre pour mieux nous perdre. Je me rassure en me disant que c’est lui qui va se perdre en chemin et qu’on ne va plus entendre parler de lui. Mais comme il m’a déjà envoyé quelques feuillets, je vous les donne. Trente-quatrième jour. Octobre 2003. Vous connaissez sûrement ce proverbe chinois. Je ne sais pas s’il est chinois, et mon moine... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 09:55 - Commentaires [10] - Permalien [#]
mardi 7 mars 2006

9.3. Le voleur.

Trente-troisième jour. Mes maîtres, autrefois, m’avaient expliqué tous les secrets des lignes des mains, du blanc des yeux, du visage ridé. Rien n’est inventé, tout est codifié, tout est sacré. Il faudra que je le dise un jour au moine, de consulter mes maîtres. J’ai oublié depuis longtemps l’enseignement des maîtres. Je suis un moine de pet de lapin tout juste bon à faire tourner la clé dans la serrure. Nous nous toisons, l’icône et moi. C’est à ce prix qu’elle me fait vivre. Un jour passé, un touriste savant expliqua... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 18:46 - Commentaires [5] - Permalien [#]
vendredi 3 mars 2006

9.2. L'icône.

Trente-deuxième jour. C’est malin vous l’avez coupé dans son élan avec sa chaise. Le voilà obligé de recommencer pour retrouver son fil. Vous voudriez que je reste assis sur ma chaise en paille devant la chapelle à contempler l’horizon poussiéreux, les cerises et les hirondelles, les vignes du seigneur. Je mens d’ailleurs, les vignes sont de l’autre côté du col et je ne les vois pas d’ici. Je ne vois que la blessure inguérissable, la ligne. Alors pourquoi philosopher ? Immobile, je hoche la tête quand passent les... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 13:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]
jeudi 2 mars 2006

CHAPITRE NEUVIEME – SAGE COMME UNE IMAGE.

Chapitre neuvième – Sage comme une image. 9.1 Trente-et-unième jour. Septembre 2003. Je suis trop occupé par mes voyages et je n’ai pas le temps de philosopher. Ni même celui de comprendre ce qu’il me raconte, le moine. Parce que, en effet, il philosophe. Il n’a rien lu de ce qu’ils ont écrit, tous ces hommes prestigieux que l’on appelle philosophes. N’y voyez aucun dédain de sa part ni de la mienne, le fautif est moi seul et mon cerveau peu enclin à l’effort qu’impose leur lecture. Il est de bon ton de prendre des... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 18:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 24 février 2006

8.2. Mélodie en sous-sol.

8.2  Trentième jour. Parce que ceux d’entre les fleuves en savaient plus que ceux venus de l’ouest, ceux-ci ont détruit ceux-là. Ils ne supportent pas qu’on ait plus de cent cinquante ans d’histoire et de civilisation, ils ne supportent pas que le forfait qu’ils viennent de commettre ait été écrit longtemps avant eux dans les anciennes écritures. Ils voudraient croire à leur innocence. Ils ne sont que les derniers répétiteurs même pas inventifs des vieilles leçons qui ne servent à rien. Leur guerre sera aussi... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 17:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 22 février 2006

CHAPITRE HUITIEME - 8.1 Mélodie en sous-sol

8.1  Vingt-neuvième jour. Mai 2003. Guerre ou pas guerre ? Si j’étais journaliste, il serait trop tard pour y penser. Si j’étais philosophe, il serait trop tôt pour réfléchir. La guerre impensable est déjà finie avant même qu’on ait pu la nommer. Mais l’est-elle vraiment, finie, et ne voyons nous que le début d’une longue horreur ? Déjà en trois semaines, elle a réussi à accumuler tous les poncifs inlassablement répétés depuis trois mille ans. Je dis trois mille ans, j’aurais pu dire trente mille, trois... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 18:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]