LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

lundi 24 juillet 2017

124 . Douzième jour #3/4 . Une affaire de genre (#3/4 Il y a une effrayante universalité)

3/4   Il y a une effrayante universalité


Celle de la mainmise de l’homme sur la vie de la femme. On trouvera peut-être des tribus, des cultures, des pays, où ces comportements n’existent pas. Les anthropologues sauront m’en dénicher, Amazonie ou contreforts himalayens. Ces paradis sont isolés dans le grand concert du machisme ; ils n’auront pas contribué à la construction du monde où je vis.


Ma grande île ignore ces raretés, et je vais donc les ignorer aussi. Ma lorgnette ne va pas au-delà de la plaine partagée qui seule m’intéresse. Je veux braquer mon artillerie sur le discours parsemé d’évidences prétendues naturelles, de ces évidences que l’on dit irréfutables, de ces Vérités tombées du ciel, éternelles forcément.

Alors, pour dégonfler ces baudruches, car je ne suis pas ici dans la réfutation mais dans la dégonflette, je vais les inscrire ici, les mettre sous nos yeux, en m’efforçant de ne pas les ridiculiser ce qui sera peut-être la part la plus difficile de l’exercice. Nous en sommes imprégnés depuis notre plus tendre enfance au point de ne plus en sentir l’odeur, elles polluent ce que nous touchons voyons entendons, tellement évidentes qu’elles en sont invisibles. Alors il faut s’ébrouer, se désenvoûter, se désincarcérer, et s’entendre soi-même proférer les lieux communs qui nous enferment jusqu’à découvrir que nous les proférons sans les entendre. Je vais les déclamer haut et fort avec toute la lumière crue possible, pour être sûr de les reconnaître ensuite sous tous leurs déguisements. Je suis moi aussi un homme et je n’échappe pas à l’imprégnation.

Que disent-ils, ces discours ? Ils disent que c’est universel parce que c’est la nature des choses, que c’est la nature des choses parce que c’est universel. Le discours tourne en rond, il se nourrit de sa propre évidence, et comme un cyclone il devient irréfutable. La femme accouche c’est naturel, elle nourrit les petits c’est naturel, l’homme chasse et pêche c’est naturel. Pourquoi vouloir aller contre l’ordre universel, contre le principe de vie ? Parce que bien sûr tout ceci procède du principe de vie, et tant qu’à dire, de Dieu. La religion n’est pas la plus lente à pérorer sur la question du naturel et de l’évidence inventée. Toutes les religions, d’où le singulier que j’utilise ici. Mais ils sont nombreux ceux qui ne montent pas jusqu’à Dieu, je ne leur ferai pas le plaisir de les absoudre au nom de la laïcité, il y a aussi une laïcité du naturel et de l’évidence inventée. « Natura rerum » la nature des choses, ou bien « res naturae » les choses de la nature.

Naturel, méfiez-vous du naturel, vous savez, celui qui revient si vite. La pompe à logique imparable est amorcée et le par conséquent dévastateur surgit : par conséquent, c’est naturel que l’homme soit plus fort, plus habile, plus intelligent. C’est naturel parce que c’est ainsi que survit l’espèce. L’homme ne se mêle pas de l’accouchement des femmes, pourquoi voudriez-vous que les femmes se mêlent du jeu des hommes, chasse, pêche, culture du blé, arts et lettres, pensées profondes, présidence des républiques.

Je m’essouffle à cet exercice. Je ne puis le laisser sans réponse hic et nunc, renonçant à la démonstration. Tu sauras bien y ajouter ta pelletée d’évidences du même acabit si tu y tiens, je vais continuer ma route autrement, en me souvenant que les différences biologiques incontestables ne rendent ni supérieur ni inférieur, ne confine personne à telle ou telle tâche, ne préjuge en rien des capacités intellectuelles, sensibles, physiques. Faut-il être à ce point attardés que je me croie obligé de l’écrire comme pour exorciser les démons ?

à suivre #4/4

Posté par andremriviere à 23:12 - 121 - CH.03 . Little Rootie Tootie - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur 124 . Douzième jour #3/4 . Une affaire de genre (#3/4 Il y a une effrayante universalité)

    Ca dépend des points de vue mais comme il n'y en a qu'un qui s'exprime pour ne rien dire, il faut sans doute supposer que tous ceux qui s'abstiennent suivent dignement et en silence leur propre avis sans l'approuver...oui? non? ne sais pas?

    Posté par Edith, mercredi 26 juillet 2017 à 00:15 | | Répondre
Nouveau commentaire