LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

mardi 30 avril 2019

307 - Quarante et unième jour . Gouvernance

Gouvernance.

La bonne gouvernance. Les grands principes démocratiques. Les gros mots sont lâchés, un peu ridicules, pompeux, désuets, dérisoires. Comment disent les bonnes gens d’aujourd’hui ? Ringards, disent-ils. Ces mots sont ringards. Voilà ce que disent les gens d’aujourd’hui. Ou d’hier, je ne suis pas les usages d’assez près, ils disent peut-être un autre mot, maintenant, les gens, et ringard est à son tour ringard.

Voilà aussi pourquoi j’écris, pour leur permettre de survivre, leur donner une toute petite chance de survie, à ces gros mots. Vous prétendez les défendre, ces grands principes, Monsieur le Ministre, avec vos airs de très sûr de vous télévisuel. Alors commencez par les respecter vous-même. Mettez-vous devant la glace tous les matins, et récitez deux fois la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, pensez au droit de la défense, à la présomption d’innocence ; si vous craignez d’user ces mots à force de trop les prononcer, alors faites comme celui-là qui disait à propos de tout autre chose, n’en parler jamais y penser toujours.

Je m’égare. Je sais bien que je suis en dehors du sujet. Mais n’oubliez pas qu’ici, le sujet, c’est moi qui le choisis.

Vous avez découvert qu’en vous cachant derrière la sauvegarde de notre sécurité, bel écran de fumée, la sécurité, ma sécurité, vous alliez réussir à détruire ce que vous haïssez tant, au fond, et que j’ai nommé avec des mots ringards. L’occasion est trop belle pour vous et vos complices ; impuissant, je vous vois faire depuis mon banc public, vous, le gnome du Poitou, la rombière des Millevaches, le garde des impunités, et je sais que d’autres suivront qui vous ressembleront, peut-être en pire.

De nouveau, je me penche vers la gauche pour évaluer les forces en présence et je ne vois personne. Ceux qui devraient crier leur colère restent cois et laissent déferler la vague satisfaite. Ils ont oublié qui ils étaient. Ils nous préparent sans doute quelque coup monté qui va nous étonner, en mal ou en pis, mais pour le moment sœur Anne est devenue aveugle. Le vent se lève et la poussière, il est temps de replier ma table. Je referme le petit carnet, j’empile les papiers dans le coffre. Il me faut fermer la chapelle à clé pour la nuit, on ne sait jamais, avec tous ces policiers qui rôdent.

Posté par andremriviere à 00:54 - 301 - CH.09 . De mauvaise humeur - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur 307 - Quarante et unième jour . Gouvernance

Nouveau commentaire