LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

mardi 21 avril 2020

324 - CHAPITRE TREIZIEME . The man I love (Cinquante-quatrième jour : Préambule)

Chapitre treizième – The man I love

          Cinquante-quatrième jour : Préambule

Novembre 2003. Un énorme rocher est tombé là, juste devant la locomotive, et comme je n’allais pas très vite j’ai pu m’arrêter sans dommage. Bien obligé, j’ai charge d’âmes et je ne vais pas me ruer en avant alors qu’un obstacle me barre une route qui n’est pas mienne. C’est plus fort que moi, je dois m’arrêter et casser le monolithe, réparer les rails de mon histoire. Je resterai immobile tant que ce travail ne sera pas accompli, que ceux qui me conseillent l’ignorance et l’indifférence au fallacieux prétexte que ce n’est pas mon chemin passent le leur.

Bien sûr, j’aurais aimé philosopher dans les hautes sphères en me regardant si beau dans mon miroir, ne suis-je pas là pour cette posture ? Mais on ne peut y échapper, quand un obstacle barre le passage, il faut s’en occuper. L’esprit sans ce travail s’alourdit, tourne sur lui-même et rumine, il ne peut décoller. Les frustrations le retiennent au sol comme les filins le ballon.

L’histoire du monde a tout son temps, mon écriture peut attendre. Ce n’est pas grave d’attendre, je serai le derviche qui tourne autour de son piano comme un ours qui grommelle. Comme personne ne vient ce sera moi seul qui m’y colle ; les survivants de la canicule se sont mis au frais et plus personne n’en parle. A moi de frapper le granite froid, il faut que je réduise sa malfaisance en arène, il faut que le néant retourne au néant.

Alors voici « The Man I Love », une jolie composition des frères Gershwin au demeurant et ils sont nombreux ceux qui lui ont donné ses lettres de noblesses, chanteuses, musiciens, musiciennes, actrices. Mais je ne vais parler ni de musique ni de cinéma. Je vais parler d’ignominie caniculaire.

Posté par andremriviere à 23:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur 324 - CHAPITRE TREIZIEME . The man I love (Cinquante-quatrième jour : Préambule)

Nouveau commentaire