LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

dimanche 23 septembre 2018

212 - Trentième jour . Le droit de l'évidence

11/18.    La grossesse est ostensible.

Un beau matin ou un soir de crachin, on appelle le taxi et on se rue à l’hôpital, avec le chauffeur qui panique à cause du tissu tout neuf des sièges et ces bagnoles qui n’avancent pas.

Même à Carrefour-sur-Gambette, il y a des embouteillages mal placés. On arrive enfin et, plus ou moins vite, retentit le fameux cri. Au moment même où quelqu’un vient couper le cordon qui libère la femme, qui lance le nouveau-né dans la grande ronde des vivants. Cet instant là est décisif, l’instant où l’enfant devient un sujet de droit distinct, l’instant où sa vie est séparée de celle de sa mère pour le restant de ses jours. C’est généralement ainsi que les choses se passent et il en fut ainsi pour Séraphine et Bonemine. Il y avait assez de monde dans la salle qui pouvait témoigner avoir vu Séraphine sortir toute rouge de Bonemine, sauf peut-être l’Augustin tout blanc assis là que réconforte l’infirmière et dont on dit qu’il est le père.

Nous ne sommes pas toujours brillants dans ces moments-là, nous autres les mâles qui se veulent dominants, et parfois ce sont les plus dominants qui sont les plus blancs, bande de chiffes molles.

Puis interviennent l’administration et sa poussière. Faut-il parler de déclaration de naissance ou de reconnaissance, l’un et l’autre sont-ils superposables, opposables, ou indépendants ? La pratique montre qu’il y a souvent simultanéité : il est là, visage pâle assis sur sa chaise quand passe monsieur l’officier d’état-civil, et c’est lui qui, muni des certificats idoines et réglementaires, va donner les éléments pour inscrire le nouvel être humain dans le grand livre de la nation. Ouf.

C’est en nommant l’enfant que le père commence leur voyage à tous deux, que la mère avait déjà entrepris seule longtemps auparavant.

#12/18 à suivre

 

 

Posté par andremriviere à 00:12 - 209 - CH.07 . Au nom du père .II. - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur 212 - Trentième jour . Le droit de l'évidence

Nouveau commentaire