LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

samedi 13 mai 2017

121 - CHAPITRE TROISIEME . PETITE RADICELLE TÊTUE

Onzième jour. Générer le monde

Oui j’ai peur de la mort. Terrifié, anéanti rien que d’y penser, je sais que je vais mourir, je ne sais pas quand, je suis le quatre-vingt-cinq milliardième humain à qui cette aventure arrive. Je ne suis pas à un milliard près.

Voilà qui est assez répété. Que fait-on maintenant ? Que fait-on, où va-t-on ? La frénésie me saisira-t-elle, tout faire tant qu’il est temps mais n’est-il pas déjà trop tard, tout dire mais quoi, et penser à laisser les timbres bien rangés. Un jour, j’écrirai sur les timbres bien rangés. Ils ont à voir avec la mort. Mais auparavant, il faut songer à l’éternité. Elle est le seul moyen de vaincre la noire silhouette qui attend dirait Lapalisse, et s’il ne l’a pas dit tant pis pour lui maintenant c’est trop tard.

Un jour, au fond de la grotte et tremblant de froid et de peur, un homme a découvert qu’il suffisait d’avoir des enfants pour devenir éternel. Il y avait longtemps que la femme savait et maligne elle se taisait, mais lui, trop occupé à jouer avec ses petits camarades, ne s’apercevait de rien. Par moments, il jouait aussi avec elle surtout les nuits de pleine lune quand il faisait si chaud et qu’on pouvait se deviner dans la lumière pâle, puis il repartait pour de nouvelles aventures.

A son retour, un homoncule braillard occupait le terrain, et peu à peu le poussait vers la sortie.

Par une illumination d’un soir d’orage ou de neige, je n’y étais pas ou je ne me souviens plus très bien, il découvrit que ce petit était lui et qu’il était son père ; merveilleuse ambigüité de ma langue où les pronoms et possessifs de la phrase s’appliquent indifféremment à l’enfant et à l’adulte pour lui donner tous les sens possibles, tous les sens que je voulais lui donner.

Le fils de l’homme est devenu le père de l’homme parce que père il a reconnu le fils, il s’est reconnu en lui. Il est devenu le père et son fils a pris sa place de fils. Un cran de génération, un coup de cliquet. Voilà tout. L’homme dans la grotte venait d’inventer l’éternité, au moins y croire un instant. Little Rootie Tootie, ainsi fut nommé le fils. Petite radicelle têtue, trahison approximative mais on peut imaginer cette traduction-là. Plus personne n’eut besoin de pousser le père vers la sortie, il s’en est allé gaiement de lui-même parcourir les plaines ensoleillées, goûter les fruits de la sérénité, en laissant sa collection de timbres bien rangée.

Il faudra qu’un jour le fils reconnaisse le père pour vivre, mais c’est une autre histoire.

Et si le fils avait été une fille, demandèrent tout à coup les fauteurs de trouble. Je ne vais pas tout mélanger et faire genre, me pencher sur les filles, me lancer dans de doctes traités différenciant l’homme et la femme. La question ne se pose pas : que l’enfant soit fils ou fille, l’éternité est la même. Ce n’est pas compliqué, je recommence ce qui précède en remplaçant fils par fille, rien ne change. Je ne suis pas de ces illuminés sans cervelle qui compliquent tout avec leur mauvais genre.

.

Posté par andremriviere à 17:59 - 121 - CH.03 . Little Rootie Tootie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur 121 - CHAPITRE TROISIEME . PETITE RADICELLE TÊTUE

Nouveau commentaire