LES ANACHRONIQUES

Mon nom est THEOLONE - Philosophie et bavardage

mercredi 13 décembre 2017

129 . Quatorzième jour #2/2 Adoption et liberté

 

2/2.  Adoption et liberté

 

A chaque naissance, tout est refaire. Qui ose encore parler de fidélité ?

Je ne peux imaginer d’autre chemin vers l’éternité que cette sorte d’adoption commune par les parents, au moment de la naissance ou longtemps après : deux personnes autour d’un enfant, nouveau-né ou déjà grand, qui se rencontrent, qui s’unissent autour de lui, qui l’enveloppent de leur vie. Sans cela, aucune légitimité ne peut exister, et l’enfant va errer dans un monde sans foi ni loi et devenir un ennemi de lui-même. Aucun ADN au monde ne pourra lui rendre le bercail perdu.

Une fois l’adoption prononcée, et point besoin de juge ni de témoin pour cela, le lien des parents et de l’enfant devient indissoluble, absolu, péremptoire, il est l’éternité gagnée. Unis ou séparés, les parents restent liés à l’enfant aux termes de ce contrat de vie.

L’enfant, lui, reste libre. La patience, l’amour, la chance, le temps surtout, permettront peut-être qu’un jour à son tour il adopte ses parents. Rien ne l’y oblige, et cette incertitude est le prix que les parents doivent payer, le prix de l’égalité conquise de l’homme et de la femme face à l’enfantement. Cette adoption en retour peut ne jamais venir sans que la moindre faute ne pèse sur l’enfant devenu adulte. C’est ainsi, et que serait ce retour s’il était imposé ? A cette condition là seulement l’universelle peur aura disparu, celle de la mort, parce que l’universelle injustice, celle de l’homme contre la femme, aura aussi disparu.

Little rootie tootie. Juillet 2001

Posté par andremriviere à 07:03 - 121 - CH.03 . Little Rootie Tootie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur 129 . Quatorzième jour #2/2 Adoption et liberté

Nouveau commentaire